30 mar.
Grande salle
©Gilles Abegg
©Linero
©Bernard Martinez
©Gilles Abegg
©Linero
©Bernard Martinez
©Line Rav
©Linero
©Bernard Martinez

Présentation

A la mémoire d’un ange

PROGRAMME

ALBAN BERG (1885-1935)
Concerto pour violon et orchestre « À la mémoire d’un ange » (1935)
I. Andante - Allegretto
II. Allegro (ma sempre rubato) - Adagio

RICHARD STRAUSS (1864-1949)
Suite du Chevalier à la Rose, op59

– entracte –

JOHANNES BRAHMS (1833-1897)
Symphonie n° 4 en mi mineur op. 98
I. Allegro non troppo
II. Andante moderato
III. Allegro giocoso
IV. Allegro energico e passionato

Dans ce troisième et dernier opus de la saison, Les Dissonances vous font découvrir ou redécouvrir Strauss, Berg et Brahms.

David Grimal, et l’orchestre Les Dissonances poursuivent leur exploration du répertoire germanique. Le programme qui s’annonce d’une grande densité culminera dans le tragique concerto À la mémoire d’un ange d’Alban Berg, écrit par l’artiste en 1936, en hommage posthume à la fille de son amie Alma Schindler, épouse de Gustav Mahler, morte à dix-huit ans de paralysie infantile. 

Un concert pour trois compositeurs aux esthétiques a priori dissemblables : le premier, Strauss, qui accomplit dans Le Chevalier à la Rose un spectaculaire revirement esthétique après les fulgurances de Salomé et Elektra, le deuxième, Berg, qui assume pleinement le langage dodécaphonique, et le dernier, Brahms, qui poursuit dans sa Symphonie n°4 un idéal formel apollinien. Et pourtant, c’est le même regard que les trois compositeurs inscrits au programme de ce concert portent sur la grande tradition viennoise : rétrospectif et romantique.

Les Dissonances

A la mémoire d’un ange

30 mar.
Grande salle
Musique

Présentation

A la mémoire d’un ange

PROGRAMME

ALBAN BERG (1885-1935)
Concerto pour violon et orchestre « À la mémoire d’un ange » (1935)
I. Andante - Allegretto
II. Allegro (ma sempre rubato) - Adagio

RICHARD STRAUSS (1864-1949)
Suite du Chevalier à la Rose, op59

– entracte –

JOHANNES BRAHMS (1833-1897)
Symphonie n° 4 en mi mineur op. 98
I. Allegro non troppo
II. Andante moderato
III. Allegro giocoso
IV. Allegro energico e passionato

Dans ce troisième et dernier opus de la saison, Les Dissonances vous font découvrir ou redécouvrir Strauss, Berg et Brahms.

David Grimal, et l’orchestre Les Dissonances poursuivent leur exploration du répertoire germanique. Le programme qui s’annonce d’une grande densité culminera dans le tragique concerto À la mémoire d’un ange d’Alban Berg, écrit par l’artiste en 1936, en hommage posthume à la fille de son amie Alma Schindler, épouse de Gustav Mahler, morte à dix-huit ans de paralysie infantile. 

Un concert pour trois compositeurs aux esthétiques a priori dissemblables : le premier, Strauss, qui accomplit dans Le Chevalier à la Rose un spectaculaire revirement esthétique après les fulgurances de Salomé et Elektra, le deuxième, Berg, qui assume pleinement le langage dodécaphonique, et le dernier, Brahms, qui poursuit dans sa Symphonie n°4 un idéal formel apollinien. Et pourtant, c’est le même regard que les trois compositeurs inscrits au programme de ce concert portent sur la grande tradition viennoise : rétrospectif et romantique.

Date
ven. 30 mars 2018 - 20h30

Distribution

David Grimal violon solo

Production

Les Dissonances sont en résidence à l’Opéra de Dijon

Les Dissonances sont subventionnées par le ministère de la Culture et de la Communication. Elles accompagnent le projet musical de la ville du Havre

avec le soutien de Mécénat Musical Société Générale

Les Dissonances reçoivent le soutien de la Karolina Blaberg Stiftung, du Domaine Jacques-Frédéric Mugnier Chambolle-Musigny et de Boury Tallon Associés

Les Dissonances remercient le Cercle des Amis pour son soutien actif

L’ensemble est membre de la Fevis, du Bureau Export et de la SCPP

il reçoit le soutien ponctuel de la Spedidam et de l’Adami

L’Autre Saison reçoit le soutien de la Caisse d’Epargne Île-de-France.

Pratique

Tarif A