La Scène nationale

Le projet artistique

Le Volcan, un projet partagé

2015 - 2021 Vers un nouveau monde

Depuis 2006, Le Volcan travaille avec passion et patience à l’élaboration et au partage d’une idée, d’un parti-pris qui nous tient à cœur : les Humanités du XXIe siècle.

De ce parti-pris découle les fondements de la signature du Volcan : la pluridisciplinarité artistique, l’importance des écritures contemporaines et la création, la force des filiations, la transversalité des mouvements artistiques, l’ouverture internationale et la recherche trans-générationnelle.

Le Volcan de nuit

Le projet

Les Humanités du XXIe siècle

Les Humanités du XXIe siècle c’est aussi, et peut-être surtout, une certaine vision du monde.

C’est une autre façon d’appréhender une réalité déjà ancienne qui dédie le réseau des scènes nationales à la création et à sa diffusion, la promesse d’accompagner des artistes dans le risque indispensable de la liberté d’expression, de l’invention des grandes œuvres du patrimoine de demain. C’est encore, dans la dynamique des projets mis en œuvre depuis 2006, une suite logique : des grandes découvertes et des clins d’œil aux Amériques et à l’Asie jusqu’au village mondialisé qui gagne sans cesse plus de terrain. C’est enfin le constat d’une complexité chaque jour grandissante pour qui veut prétendre être "cultivé" et, parallèlement, la possibilité de proposer des ponts et de démultiplier les chemins d’accès à ces ponts.

C’est enfin la raison pour laquelle nous travaillons encore et toujours à transmettre ensemble raison et émotion, piliers de nombre d’œuvres artistiques et entrées de tout spectacle pour l’ensemble des spectateurs, des plus jeunes aux plus expérimentés.

Le début de l’année 2015 marque la réouverture du Grand Volcan conçu par Oscar Niemeyer après quatre années de travaux de réhabilitation. Avec une grande salle de 800 places qui réussit le pari de l’intimité dans un grand volume cylindrique, une petite salle de 125 places à l’échelle des enfants qu’elle accueille et un club – le Fitzcarraldo – qui permet l’accueil de petites formes musicales et théâtrales, le nouveau Volcan est une réussite de convivialité, de modernité et de technique ! Un haut lieu de l’architecture du XXe siècle et un centre d’art franchement tourné vers son temps.

Le Volcan depuis le bassin du commerce

Artistes associés

Soutien à la création

Depuis sa création, Le Volcan s’engage auprès des artistes pour contribuer à mettre à leur disposition les moyens (techniques, humains ou financiers) leur permettant de créer. Cette mission des Scènes nationales, sans doute moins visible, est pourtant essentielle. Les artistes émergents comme les créateurs les plus reconnus ont de plus en plus de difficultés à monter leurs spectacles. Le soutien apporté par les théâtres est alors primordial pour que devienne possible la fabrication des pièces qui rencontreront bientôt le public.
C’est pourquoi Le Volcan consacre des moyens importants chaque année à la création tout public et jeune public (à l’occasion du Ad Hoc Festival, en particulier). Cette maison est, en plus de ses quelques deux cent cinquante levers de rideau, un lieu de création qui n’hésite guère à prendre des risques, attentive au renouvellement des œuvres et des formes, aux auteurs vivants toutes disciplines artistiques confondues. 
Deux nouvelles personnalités artistiques vont nous accompagner pour les prochaines saisons ; ils vont créer, rencontrer, former, vivre dans et autour du Volcan ; ils vont passer du temps ici et repartir en voyage avec ce qu’ils vont capter, assimiler et respirer en se promenant sur notre territoire et en y rencontrant les femmes et les hommes qui y vivent.

Cendre Chassanne

Au-delà de son prénom, il y a une sorte d’évidence dans l’association entre Cendre Chassanne et Le Volcan. D’abord, celle d’une rencontre, point de démarrage obligé de toute possibilité d’histoire commune. Elle fut forte, nourrie, chaleureuse. Et puis la convergence de projets. Là encore, tout était déjà là, sans qu’on le sache : l’écriture personnelle, l’amour du cinéma et des actrices et acteurs, et puis Flaubert, et puis les autres et puis les grandes aventures !
Alors on s’est dit que l’on était fait pour s’entendre et que l’on ferait le maximum pour que de grandes choses puissent arriver d’ici l’été 2022.
Cendre Chassanne est auteure, metteuse en scène et comédienne. Elle a donné Crocodiles dans la saison 2018/2019 du Volcan.

Cendre Chassanne
© Laurence Guillot

Guillaume Vincent

Cela fait déjà deux saisons que nous regardons et écoutons Guillaume Vincent, que nous échangeons, discutons, rions et que nous avons le trac pour lui lorsque, par deux fois, il est monté sur le grand plateau du Volcan pour créer.
Évidemment, nous avons là un grand, un vrai musicien, jeune, ouvert d’esprit et parfaitement à l’aise dans son époque. Bien sûr il suit pour partie le parcours typique des grands concertistes virtuoses : concours, enregistrements discographiques, concertos avec de grands orchestres, travail quotidien acharné sur son piano. Ce qu’il a en plus nous demanderez-vous ? Un appétit immodéré pour la scène, pour les croisements artistiques, pour le risque et pour l’amour des musiques !
Guillaume Vincent est musicien. Il était le pianiste de Théophile Alexandre pour ADN Baroque créé au Volcan en octobre 2017. Il est revenu pour la création de De Chopin aux Beatles (avec Valentine Jongen) en mars 2018.

Guillaume Vincent
© Sebastien Ene

François Lazarevitch et Les Musiciens de Saint-Julien

Inspirés par l’intime conviction de leur fondateur, François Lazarevitch, Les Musiciens de Saint-Julien évoluent depuis 2006 en électrons libres sur les chemins du baroque en recoupant sources orales et écrites. Vous avez déjà eu l’occasion d’entendre cet ensemble au Volcan, la rencontre se poursuit sur le grand plateau et au Fitz tout au long de la saison.
Le Volcan accompagne en effet l’ensemble pour deux créations de grande ampleur. Les concertos et airs d’opéra d’Antonio Vivaldi seront d’abord mis à l’honneur avec le magnifique contre-ténor Tim Mead, puis Les Musiciens de Saint-Julien relèveront le défi de jouer l’intégrale des concertos brandebourgeois de Bach. La rencontre avec le baroque se passera également sur les planches du Fitz, qui vibrera au rythme d’un bal contredanse ouvert à tous et accompagné d’un atelier et d’une conférence.

François Lazarevitch et Les Musiciens de Saint-Julien
© JB_Millot

Ad Hoc Festival

Un temps fort pour les enfants, les familles et les publics scolaires

Troisième ! Du 13 au 18 décembre
C’est reparti pour six jours de festival avec des spectacles, des ateliers et des rencontres pour les enfants de 2 à 12 ans e t leurs familles. Dans les villes et les villages de l’agglomération havraise, on attend le retour de ses mascottes : après les singes et les suricates, qui seront les invités surprises de ce troisième opus ?

En coulisse, le festival poursuit son soutien à la création à destination du jeune public, toujours plus riche et diversifiée. Au programme pour cette troisième édition : dix spectacles, six nouvelles créations, de la musique mécanique, de la danse escalade, du théâtre d’objet et même un camion à histoires… Il y en aura pour tous les goûts et tous les âges !

Ad Hoc Festival
© Arnaud Bertereau Agence Mona

LA SCÈNE NATIONALE TOURNÉE VERS L'AVENIR

Le Volcan comme lieu de tous les possibles

De manière générale, pour nous, il s’agit bien à travers ce festival comme de l’ensemble de nos actions, de défendre une politique ouvrant sur un ailleurs : ces fameuses grandes aventures que nous proposons à chaque spectateur et qui correspondent tout à la fois aux voyages intérieurs qui appartiennent à chacun d’entre nous et s’écartent des “modèles dominants” pour ouvrir à un choix de destinations différentes. Sans doute, ce qui nous définit, c’est précisément l’ouverture sur l’ailleurs, c’est Le Volcan comme lieu de tous les possibles, la scène nationale comme espace de construction d’autres styles, d’autres façons de voir et d’écouter, bref de participer avec chacune et chacun à l’émergence d’un nouveau monde.

Certes Le Volcan attend encore avec impatience son deuxième théâtre afin de reprendre enfin le fil de l’ensemble de son projet et, tout particulièrement, la production et la possibilité d’exploitations en longues séries dans un lieu adapté, mais la scène nationale du Havre reste, cinquante-huit ans après sa création, un coproducteur et un acteur artistique majeur sur le territoire national, une scène de référence à l’activité soutenue et maîtrisée, un espace de compétences et de savoir faire très sollicité. Toute son équipe se consacre pleinement au travail passionnant, et plus que jamais nécessaire, de la rencontre entre les artistes, les œuvres et les habitants sur le terrain, sur les plateaux et dans le cadre d’une Université populaire développée avec l’Université du Havre.

Le Volcan et le petit Volcan