09 déc.
Grande salle
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot
©Anne_van_Aerschot

Présentation

Anne Teresa De Keersmaeker - Rosas

Après Drumming en 2013, Anne Teresa De Keersmaeker revient avec ce monument du patrimoine de la danse : Rain ! La célèbre chorégraphe se remet au rythme envoûtant de Steve Reich

Anne Teresa De Keersmaeker remonte Rain, sa pièce mythique devenue depuis l’une des chorégraphies les plus électrisantes de la danse contemporaine, intemporelle, jubilatoire et exaltante. Une nouvelle soirée Steve Reich qui s’annonce mémorable.
Devenue mythique, cette pièce de la chorégraphe belge a été présentée pour la première fois en 2001 sur les rythmes hypnotiques de la Music for Eighteen Musicians (1976) de Steve Reich ; une œuvre composée pour quatre voix féminines, un violon, un violoncelle, deux clarinettes, quatre pianos et un grand éventail d’instruments à percussion.
Dans Rain, « une sorte de folie du mouvement, marée ou incendie (…) passe de corps en corps sans jamais s’arrêter sur personne ». La musique est scintillante dans sa pulsation, voluptueuse dans son harmonie, dominée par la figure aérienne de la « vague ».
Des formes mathématisées, des répétitions inlassables emportent les danseurs, et la folie prend de la vitesse, ils marchent, tournent, s’élèvent, tombent dans un souffle unique et compact, répétitif, obsédant, jamais monotone. L’énergie qui traverse Rain de bout en bout est irrésistible.
Sur scène, un rideau de pluie de cordes blanches entoure en demi-cercle dix jeunes danseurs et forme leur espace d’expression. Et comme le dit le couturier Dries Van Noten qui a dessiné les costumes, le danseur devient « un instrument de musique unique avec sa sonorité et sa couleur propres ». Sur des jeux de variations et de répétitions, les artistes ripostent à l’insistance bondissante de la musique par des tourbillons, des courses, des traversées, dans une gestuelle associant lignes de tensions et vagues de relâchement.
Rain n’a rien perdu de son intensité et de son pouvoir d’attraction.

L’envie d’Anne : une œuvre majeure de la danse contemporaine que je n’ai pas encore vue en « vrai ». J’y cours !!




 

Rain

Anne Teresa De Keersmaeker - Rosas

09 déc.
Grande salle
Durée: 
1h10
Tarif A - 33 €, 9 €, 5€
durée: 1h10
Danse

Présentation

Anne Teresa De Keersmaeker - Rosas

Après Drumming en 2013, Anne Teresa De Keersmaeker revient avec ce monument du patrimoine de la danse : Rain ! La célèbre chorégraphe se remet au rythme envoûtant de Steve Reich

Anne Teresa De Keersmaeker remonte Rain, sa pièce mythique devenue depuis l’une des chorégraphies les plus électrisantes de la danse contemporaine, intemporelle, jubilatoire et exaltante. Une nouvelle soirée Steve Reich qui s’annonce mémorable.
Devenue mythique, cette pièce de la chorégraphe belge a été présentée pour la première fois en 2001 sur les rythmes hypnotiques de la Music for Eighteen Musicians (1976) de Steve Reich ; une œuvre composée pour quatre voix féminines, un violon, un violoncelle, deux clarinettes, quatre pianos et un grand éventail d’instruments à percussion.
Dans Rain, « une sorte de folie du mouvement, marée ou incendie (…) passe de corps en corps sans jamais s’arrêter sur personne ». La musique est scintillante dans sa pulsation, voluptueuse dans son harmonie, dominée par la figure aérienne de la « vague ».
Des formes mathématisées, des répétitions inlassables emportent les danseurs, et la folie prend de la vitesse, ils marchent, tournent, s’élèvent, tombent dans un souffle unique et compact, répétitif, obsédant, jamais monotone. L’énergie qui traverse Rain de bout en bout est irrésistible.
Sur scène, un rideau de pluie de cordes blanches entoure en demi-cercle dix jeunes danseurs et forme leur espace d’expression. Et comme le dit le couturier Dries Van Noten qui a dessiné les costumes, le danseur devient « un instrument de musique unique avec sa sonorité et sa couleur propres ». Sur des jeux de variations et de répétitions, les artistes ripostent à l’insistance bondissante de la musique par des tourbillons, des courses, des traversées, dans une gestuelle associant lignes de tensions et vagues de relâchement.
Rain n’a rien perdu de son intensité et de son pouvoir d’attraction.

L’envie d’Anne : une œuvre majeure de la danse contemporaine que je n’ai pas encore vue en « vrai ». J’y cours !!




 

Date
sam. 09 décembre 2017 - 20h30

Distribution

chorégraphie, direction artistique Anne Teresa De Keersmaeker
danseurs Laura Bachman, Léa Dubois, Anika Edström Kawaji, Zoi Efstathiou, Yuika Hashimoto, Laura Maria Poletti, Soa Ratsifandrihana, Frank Gizycki, Lav Crnčević, Luka Švajda
musique
Music for 18 Musicians, Steve Reich
scénographie et lumières Jan Versweyveld
costumes Dries Van Noten
direction des répétitions Fumiyo Ikeda
assistants pour la reprise Jakub Truszkowski, Marta Coronado, Ursula Robb, Clinton Stringer, Fumiyo Ikeda, Taka Shamoto, Elizaveta Penkova, Igor Shyshko, Cynthia Loemij
coordination artistique et planning Anne Van Aerschot
directeur technique Joris Erven
chef costumiers Heide Vanderieck, Jan Vanhoof
couturière Charles Gysele, Christine Picqueray, Maria Eva Rodriguez
habillage Ella De Vos
techniciens Max Adams, Pierre Willems

 

Production

production 2001 Rosas & De Munt/La Monnaie (Brussel/Bruxelles)
coproduction De Munt / La Monnaie (Brussel/Bruxelles), Sadler’s Wells (London), Les Théâtres de la Ville de Luxembourg

Première 10.01.2001, De Munt / La Monnaie (Brussel/Bruxelles)
Rosas est soutenu par la Communauté Flamande

 

Pratique

durée : 1h10