23 avr.
Université
©Virgile Laguin

Présentation

Conférence

Plus que tout autre vertébré, les oiseaux ont développé les communications acoustiques. Ces échanges de sons jouent un rôle très important dans l’accomplissement de leurs fonctions vitales : se nourrir, se reproduire, se situer dans l’espace, s’identifier, avertir d’un danger, indiquer son état émotionnel. Pour plus d’efficacité, les oiseaux adaptent leurs signaux acoustiques aux milieux dans lesquels ils vivent : ils ne communiquent pas de la même façon dans une plaine, une forêt ou une ville.

Certaines espèces utilisent les chants, qui véhiculent simultanément différents niveaux d’information (identité de l’espèce, identité géographique, sexuelle, individuelle) et sont constitués de séquences de sons organisés selon une syntaxe spécifique. Ces vocalisations sont apprises, d’où l’apparition de dialectes au sein de différentes populations  géographiques.

Dès lors, peut-on parler de langage animal ?

Thierry Aubin est directeur de Recherche au CNRS et responsable d’équipe dans l’UMR 9197 Neuro-PSI de l’université Paris-Saclay. Après des études de neurobiologie et d’éthologie, il s’est spécialisé dans les communications acoustiques animales (crocodiles, manchots, oiseaux chanteurs, otaries…). Il a publié plus d’une centaine d’articles scientifiques et effectué des missions en Arctique, Antarctique et Amazonie.
 

L'univers acoustique des oiseaux chanteurs

Conférence

23 avr.
Université
Entrée libre
Conférence

Présentation

Conférence

Plus que tout autre vertébré, les oiseaux ont développé les communications acoustiques. Ces échanges de sons jouent un rôle très important dans l’accomplissement de leurs fonctions vitales : se nourrir, se reproduire, se situer dans l’espace, s’identifier, avertir d’un danger, indiquer son état émotionnel. Pour plus d’efficacité, les oiseaux adaptent leurs signaux acoustiques aux milieux dans lesquels ils vivent : ils ne communiquent pas de la même façon dans une plaine, une forêt ou une ville.

Certaines espèces utilisent les chants, qui véhiculent simultanément différents niveaux d’information (identité de l’espèce, identité géographique, sexuelle, individuelle) et sont constitués de séquences de sons organisés selon une syntaxe spécifique. Ces vocalisations sont apprises, d’où l’apparition de dialectes au sein de différentes populations  géographiques.

Dès lors, peut-on parler de langage animal ?

Thierry Aubin est directeur de Recherche au CNRS et responsable d’équipe dans l’UMR 9197 Neuro-PSI de l’université Paris-Saclay. Après des études de neurobiologie et d’éthologie, il s’est spécialisé dans les communications acoustiques animales (crocodiles, manchots, oiseaux chanteurs, otaries…). Il a publié plus d’une centaine d’articles scientifiques et effectué des missions en Arctique, Antarctique et Amazonie.
 

Date
lun. 23 avril 2018 - 18h30

Pratique

Université – amphi A5 Jules Durand – UFR Lettres et sciences humaines

Ecoutez les conférences en ligne