18 → 19 jan.
Grande salle
©GuidMencari_Antwerp
©GuidMencari_Antwerp
©GuidMencari_Antwerp
©GuidMencari_Antwerp
©Marie Clauzade
©MarieClauzade

Présentation

Romeo Castellucci / librement inspiré d’Alexis de Tocqueville

Après Go Down Moses, Romeo Castellucci revient nous questionner. Un moment fort dans lequel le théâtre retrouve sa fonction première : celle d’être le double obscur et nécessaire du combat politique !

L’Amérique de 1830 selon Romeo Castellucci est un marécage.
À travers l’évocation des immigrés pentecôtistes, des indiens et leur parure éventée, il se place aux côtés des plus faibles.
Les clochent sonnent, c’est l’heure du culte, dans une brume sombre des hommes et des femmes brandissent une bannière « Democracy in America ». Une femme surgit. Elle veut vendre son enfant à des femmes fortunées.
Pour cette nouvelle création, Romeo Castellucci aborde l’essai de Tocqueville par le prisme des minorités et des petites gens dans cette Amérique en gestation. Comme à son habitude, il nous livre de puissants tableaux, fins, esthétiques et profonds. De démocratie, il n’en sera peut-être pas question ou uniquement de manière subliminale, en toile de fond. Les créations de Romeo Castellucci fascinent, déroutent, secouent, tapent fort, souvent dans le mille. Democracy in America n’est pas un spectacle politique, mais peu importe : l’intensité et la justesse des images sont puissantes. Les effets d’une pièce de Romeo Castellucci sur le spectateur sont bénéfiques parce qu’ils forcent l’introspection durant plusieurs jours.






 

Democracy in America

Romeo Castellucci / librement inspiré d’Alexis de Tocqueville

18 → 19 jan.
Grande salle
à partir de 15 ans
Durée: 
1h45
Tarif B - 23 €, 9 €, 5€
durée: 1h45
Théâtre

Présentation

Romeo Castellucci / librement inspiré d’Alexis de Tocqueville

Après Go Down Moses, Romeo Castellucci revient nous questionner. Un moment fort dans lequel le théâtre retrouve sa fonction première : celle d’être le double obscur et nécessaire du combat politique !

L’Amérique de 1830 selon Romeo Castellucci est un marécage.
À travers l’évocation des immigrés pentecôtistes, des indiens et leur parure éventée, il se place aux côtés des plus faibles.
Les clochent sonnent, c’est l’heure du culte, dans une brume sombre des hommes et des femmes brandissent une bannière « Democracy in America ». Une femme surgit. Elle veut vendre son enfant à des femmes fortunées.
Pour cette nouvelle création, Romeo Castellucci aborde l’essai de Tocqueville par le prisme des minorités et des petites gens dans cette Amérique en gestation. Comme à son habitude, il nous livre de puissants tableaux, fins, esthétiques et profonds. De démocratie, il n’en sera peut-être pas question ou uniquement de manière subliminale, en toile de fond. Les créations de Romeo Castellucci fascinent, déroutent, secouent, tapent fort, souvent dans le mille. Democracy in America n’est pas un spectacle politique, mais peu importe : l’intensité et la justesse des images sont puissantes. Les effets d’une pièce de Romeo Castellucci sur le spectateur sont bénéfiques parce qu’ils forcent l’introspection durant plusieurs jours.






 

Dates
jeu. 18 janvier 2018 - 19h30
ven. 19 janvier 2018 - 20h30

Distribution

mise en scène Romeo Castellucci
librement inspiré de Alexis de Tocqueville
musique Scott Gibbons
texte Claudia Castellucci et Romeo Castellucci
avec
Olivia Corsini, Giulia Perelli, Gloria Dorliguzzo,
Evelin Facchini, Stefania Tansini, et Sophia Danae Vorvila
et un ensemble de douze danseuses franciliennes composé de
Stéphanie Bayle, Sara Bertholon, Adèle Borde,
Maria Danilova, Ambre Duband, Fabiana Gabanini,
Flavie Hennion, Juliette Morel, Marion Peuta,
Flora Rogeboz, Azusa Takeuchi, Libby Ward
chorégraphies librement inspirées par les traditions folkloriques
d’Albanie, de Grèce, du Botswana, d’Angleterre, de Hongrie, de Sardaigne
avec des interventions chorégraphiques
d’Evelin Facchini, Gloria Dorliguzzo, Stefania Tansini, Sophia Danae Vorvila
assistante à la mise en scène Maria Vittoria Bellingeri
maître répétiteur Evelin Facchini
mécanismes, sculptures de scène et prothèses Istvan Zimmermann et Giovanna Amoroso
décorateur Silvano Santinelli
costumes Grazia Bagnaresi
chaussures Collectif d’Anvers
machinistes Andrei Benchea, Pierantonio Bragagnolo, Giuliana Rienzi
régie lumière Andrea Sanson
régie vidéo et son Matteo Braglia
habilleuse Elisabetta Rizz

Production

crédits musique Benjamin Britten, The useful plough Friday Afternoons op. 7, New London Children’s Choir dirigé par Ronald Corp Giya Kancheli, Psalm 23 ECM 1535
le spectacle a été créé le 8 mars 2017 au deSingel, Anvers
production Socìetas
coproduction MdeSingel International Artcampus — Anvers, Wiener Festwochen — Vienne, Printemps des Comédiens — Montpellier, National Taichung Theatre — Taiwan, Holland Festival — Amsterdam, Schaubühne am Lehniner Platz — Berlin, Festival d’Automne à Paris, MC93 — Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis, Le Manège — Scène nationale de Maubeuge, Teatro Arriaga Antzokia — Bilbao, São Luiz Teatro Municipal — Lisbonne, Peak Performances — Montclair State University
coréalisation MC93 — Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis, Festival d’Automne à Paris
avec la participation de Théâtre Vidy — Lausanne, Festival d’Athènes et d’Épidaure.
avec le soutien de Ministero dei beni e attività culturali, Regione Emilia Romagna e Comune di Cesena
en partenariat avec France Culture

Pratique

durée : 1h45 / à partir de 15 ans

en italien surtitré en français