7 → 11 nov
Théâtre des Bains-Douches
Augustin Mal n’est pas un assassin
© Julien Hélie
Augustin Mal n’est pas un assassin
© Virginie Meigné
Augustin Mal n’est pas un assassin
© Virginie Meigné

Présentation

Mais ça ne fait pas de lui un innocent

Monologue inspiré du saisissant roman de Julie Douard, la pièce se trame comme une enquête. Ou plutôt l’audition d’un suspect. Augustin parle de lui, de ce qu’il a fait, de ce qu’il est. Au fil des mots qu’il égrène, l’autoportrait se dessine en trompe-l’œil. À mesure qu’avance sa logorrhée, la part d’ombre déborde ce personnage qui croit en sa lumière. Il se décrit malin, séduisant, drôle, admirable… ne serait-il pas plutôt idiot, couard et paranoïaque ? De ce décalage désolant naît une atmosphère étrange, parfois glaçante et souvent grinçante.

La justesse du texte et son interprétation par François Bureloup, acteur inclassable, déconcertent les spectateurs qui oscillent entre rejet et compassion pour cet être bizarre, collectionneur de slips et de déconvenues, incapable de trouver sa place parmi les hommes (et surtout auprès des femmes) qui s’accordent à le laisser de côté.

Olivier Lopez met cette fois encore l’humour et l’absurde de sa mise en scène au service d’un sujet qui confronte notre monde à ses marges et ses zones de fragilité. En donnant vie à cet Augustin de papier, il interroge sur la solitude de notre société et sur sa capacité à générer des monstres.

 

Augustin Mal n'est pas un assassin

La Cité Théâtre / Olivier Lopez

7 → 11 nov
Théâtre des Bains-Douches
Théâtre(s) en création
à partir de 14 ans
Durée: 
1h15
Tarif C - 5€ à 18€
durée: 1h15
Théâtre
Coproduction
Création 2022

Présentation

Mais ça ne fait pas de lui un innocent

Monologue inspiré du saisissant roman de Julie Douard, la pièce se trame comme une enquête. Ou plutôt l’audition d’un suspect. Augustin parle de lui, de ce qu’il a fait, de ce qu’il est. Au fil des mots qu’il égrène, l’autoportrait se dessine en trompe-l’œil. À mesure qu’avance sa logorrhée, la part d’ombre déborde ce personnage qui croit en sa lumière. Il se décrit malin, séduisant, drôle, admirable… ne serait-il pas plutôt idiot, couard et paranoïaque ? De ce décalage désolant naît une atmosphère étrange, parfois glaçante et souvent grinçante.

La justesse du texte et son interprétation par François Bureloup, acteur inclassable, déconcertent les spectateurs qui oscillent entre rejet et compassion pour cet être bizarre, collectionneur de slips et de déconvenues, incapable de trouver sa place parmi les hommes (et surtout auprès des femmes) qui s’accordent à le laisser de côté.

Olivier Lopez met cette fois encore l’humour et l’absurde de sa mise en scène au service d’un sujet qui confronte notre monde à ses marges et ses zones de fragilité. En donnant vie à cet Augustin de papier, il interroge sur la solitude de notre société et sur sa capacité à générer des monstres.

 

Distribution

Mise en scène : Olivier Lopez
Texte : Julie Douard (P.O.L éditions, 2020)
Lumière : Louis Sady
Costumes : Laëtitia Guiral
Régie lumière : Nikita Haluch
Production : Morgane Guihéneuf
Communication : Annie Welter
Interprétation : François Bureloup

Production

Production : La Cité Théâtre.
Coproduction : Le Volcan, scène nationale du Havre ; Théâtre des Halles, scène d’Avignon ; L’Archipel, scène conventionnée de Granville ; Théâtre Lisieux Normandie, Communauté d’Agglomération Lisieux Normandie ; Saison Culturelle de Merville-Franceville.

Avec le soutien du ministère de la Culture (DRAC Normandie) et du Département du Calvados.

La compagnie est conventionnée par la Ville de Caen, le Département du Calvados et la Région Normandie.