14 mar.
Université
©Virgile_Laguin

Présentation

Université populaire - Cycle Le Corps

Le monde sportif a inventé une multitude de façons d’appréhender les différences physiques, sensorielles et mentales. Les systèmes d’éligibilité pour accéder à la pratique sportive,  les systèmes de classifications des sportifs utilisés dans les compétitions sont nombreux et complexes. Ici, on  regroupe par similarité d’atteinte corporelle, là on combine des sportifs ayant des incapacités variées dans une même équipe. Dans certaines fédérations, on sélectionne les sportifs par tirage au sort alors que dans d'autres, c'est par la performance de très haut niveau. On crée des pratiques sportives spécifiques aux personnes handicapées tout en organisant la participation conjointe – voire le dépassement – des sportifs valides... Chaque système propose différentes représentations du handicap et diverses conceptions de l’égalité.

Cette créativité veut certes garantir une certaine équité dans la rencontre sportive. Mais elle révèle aussi le rapport ambivalent que notre société entretient avec le monde du handicap. Ce constat n’est pas propre au sport et se retrouve aussi dans le champ artistique, notamment dans le cirque contemporain.


Elise Lantz  est chercheure en sociologie à la Maison des Sciences Sociales du Handicap (MSSH),  rattachée à l’Institut Fédératif de Recherche sur le Handicap (IFR H - INSERM).  Ses recherches portent sur la participation des personnes dites « handicapées » à la vie culturelle, aux loisirs et aux sports.  Elle est l’auteur d’une thèse, Des marginalités encadrées, portant sur le rapport au handicap du monde du cirque contemporain français. Elle y analyse notamment les possibilités de participation différenciées offertes aux personnes selon leurs incapacités physiques, intellectuelles, ou encore sensorielles.

Sport, corps et handicap(s)

Université populaire - Cycle Le Corps

14 mar.
Université
Université populaire

Présentation

Université populaire - Cycle Le Corps

Le monde sportif a inventé une multitude de façons d’appréhender les différences physiques, sensorielles et mentales. Les systèmes d’éligibilité pour accéder à la pratique sportive,  les systèmes de classifications des sportifs utilisés dans les compétitions sont nombreux et complexes. Ici, on  regroupe par similarité d’atteinte corporelle, là on combine des sportifs ayant des incapacités variées dans une même équipe. Dans certaines fédérations, on sélectionne les sportifs par tirage au sort alors que dans d'autres, c'est par la performance de très haut niveau. On crée des pratiques sportives spécifiques aux personnes handicapées tout en organisant la participation conjointe – voire le dépassement – des sportifs valides... Chaque système propose différentes représentations du handicap et diverses conceptions de l’égalité.

Cette créativité veut certes garantir une certaine équité dans la rencontre sportive. Mais elle révèle aussi le rapport ambivalent que notre société entretient avec le monde du handicap. Ce constat n’est pas propre au sport et se retrouve aussi dans le champ artistique, notamment dans le cirque contemporain.


Elise Lantz  est chercheure en sociologie à la Maison des Sciences Sociales du Handicap (MSSH),  rattachée à l’Institut Fédératif de Recherche sur le Handicap (IFR H - INSERM).  Ses recherches portent sur la participation des personnes dites « handicapées » à la vie culturelle, aux loisirs et aux sports.  Elle est l’auteur d’une thèse, Des marginalités encadrées, portant sur le rapport au handicap du monde du cirque contemporain français. Elle y analyse notamment les possibilités de participation différenciées offertes aux personnes selon leurs incapacités physiques, intellectuelles, ou encore sensorielles.

Date
lun. 14 mars 2016 - 18h30

Pratique

(Université – amphi A5 – UFR Lettres et sciences humaines)
Entrée libre

Retrouvez les conférences de l’Université populaire en ligne sur

Canal U-TV