25 nov.
Sciences Po.

Présentation

Université populaire - Cycle la ville en chantier

L’architecture suscite, pour Anne-Cécile Vandalem, nombre de questions qui sont à l’origine d’un spectacle, After The Walls (UTOPIA), accueilli au Volcan. Sa rencontre avec Géraldine Brausch est l’occasion de développer une interrogation politique : « Qui est habilité à penser, pour qui, et quelles en sont les conséquences ? ».
S’appuyant sur la figure de l’architecte, l’artiste et la philosophe questionnent le partage entre celui qui est autorisé à concevoir un projet, à diriger son exécution et celui qui semble dépossédé de sa capacité à élaborer son espace, l’usager. Quelle relation de pouvoir se tisse là et quelles en sont les conséquences sur le rapport que nous entretenons avec nos lieux de vie ? Que pourrait signifier, aujourd’hui, le fait de construire soi-même sa propre maison mais aussi, espace collectif par excellence, sa ville ? Passéisme naïf ? Utopie ? Ne peut-on envisager cette possibilité sous un angle différent et y voir là une occasion d’interroger les relations de pouvoir qui animent notre quotidien ?

Anne-Cécile Vandalem est comédienne, auteure et metteure en scène. Depuis 2008, elle travaille sur une trilogie ayant pour thème la relation aux lieux de vies. 
Géraldine Brausch est philosophe (université de Liège) et mène des recherches sur les réflexions politiques qui traversent la recherche et la pensée urbaines.

Lieux de vie et jeux de pouvoirs

Université populaire - Cycle la ville en chantier

25 nov.
Sciences Po.
Entrée libre
Université populaire

Présentation

Université populaire - Cycle la ville en chantier

L’architecture suscite, pour Anne-Cécile Vandalem, nombre de questions qui sont à l’origine d’un spectacle, After The Walls (UTOPIA), accueilli au Volcan. Sa rencontre avec Géraldine Brausch est l’occasion de développer une interrogation politique : « Qui est habilité à penser, pour qui, et quelles en sont les conséquences ? ».
S’appuyant sur la figure de l’architecte, l’artiste et la philosophe questionnent le partage entre celui qui est autorisé à concevoir un projet, à diriger son exécution et celui qui semble dépossédé de sa capacité à élaborer son espace, l’usager. Quelle relation de pouvoir se tisse là et quelles en sont les conséquences sur le rapport que nous entretenons avec nos lieux de vie ? Que pourrait signifier, aujourd’hui, le fait de construire soi-même sa propre maison mais aussi, espace collectif par excellence, sa ville ? Passéisme naïf ? Utopie ? Ne peut-on envisager cette possibilité sous un angle différent et y voir là une occasion d’interroger les relations de pouvoir qui animent notre quotidien ?

Anne-Cécile Vandalem est comédienne, auteure et metteure en scène. Depuis 2008, elle travaille sur une trilogie ayant pour thème la relation aux lieux de vies. 
Géraldine Brausch est philosophe (université de Liège) et mène des recherches sur les réflexions politiques qui traversent la recherche et la pensée urbaines.

Date
lun. 25 novembre 2013 - 18h30

Pratique

Université – amphi A6 – UFR Lettres et sciences humaines