05 mai.
Sciences Po.

Présentation

Université populaire - Cycle histoires et histoire

La Barbe-Bleue est un conte populaire dont la version la plus célèbre est celle de Charles Perrault, parue en 1697 dans les Contes de ma Mère l’Oye. Grâce à l’évolution des techniques et du marché, l’édition prend au XIXe siècle un essor considérable dont vont bénéficier les textes classiques. Ainsi les Contes de ma Mère l’Oye sont publiés de façon fort diverse, arrangements textuels et illustrations témoignant de lectures différentes. La thématique sombre et terrifiante de La Barbe-Bleue rencontre fructueusement l’imaginaire de ce siècle.
Aux problématiques classiques liées à l’illustration (donner à voir la lecture d’un texte) s’ajoute ici celle que suscite un sujet particulier : un personnage monstrueux et un acte a priori irreprésentable. Or les images abondent, et leurs stratégies (accentuer, édulcorer ou contourner l’horreur) renseignent sur les significations accolées, explicitement ou non, à un conte qui dissimule des origines mythiques.
 

Agnès Lhermitte est agrégée, docteure ès Lettres, membre de l’équipe de recherche CLARE (Culture Littérature Arts Représentations Esthétique) de l’université de Bordeaux III. Elle a publié, entre autres, Palimpseste et merveilleux dans l’oeuvre de Marcel Schwob, Champion. Elle travaille également sur l’imaginaire et notamment surles contes de Perrault et leurs réécritures au XIXe siècle.

La Barbe-bleue : relecture d'un conte mythique

Université populaire - Cycle histoires et histoire

05 mai.
Sciences Po.
Entrée libre
Université populaire

Présentation

Université populaire - Cycle histoires et histoire

La Barbe-Bleue est un conte populaire dont la version la plus célèbre est celle de Charles Perrault, parue en 1697 dans les Contes de ma Mère l’Oye. Grâce à l’évolution des techniques et du marché, l’édition prend au XIXe siècle un essor considérable dont vont bénéficier les textes classiques. Ainsi les Contes de ma Mère l’Oye sont publiés de façon fort diverse, arrangements textuels et illustrations témoignant de lectures différentes. La thématique sombre et terrifiante de La Barbe-Bleue rencontre fructueusement l’imaginaire de ce siècle.
Aux problématiques classiques liées à l’illustration (donner à voir la lecture d’un texte) s’ajoute ici celle que suscite un sujet particulier : un personnage monstrueux et un acte a priori irreprésentable. Or les images abondent, et leurs stratégies (accentuer, édulcorer ou contourner l’horreur) renseignent sur les significations accolées, explicitement ou non, à un conte qui dissimule des origines mythiques.
 

Agnès Lhermitte est agrégée, docteure ès Lettres, membre de l’équipe de recherche CLARE (Culture Littérature Arts Représentations Esthétique) de l’université de Bordeaux III. Elle a publié, entre autres, Palimpseste et merveilleux dans l’oeuvre de Marcel Schwob, Champion. Elle travaille également sur l’imaginaire et notamment surles contes de Perrault et leurs réécritures au XIXe siècle.

Date
lun. 05 mai 2014 - 18h30

Pratique

Université – amphi A6 – UFR Lettres et sciences humaines