10 mar.
Sciences Po.

Présentation

Université populaire - Cycle histoires et histoire

En créant Penthésilées, pièce accueillie au Volcan cette saison, la chorégraphe Catherine Diverrès a revisité le mythe des Amazones ainsi que le nouveau visage que lui a donné l’écrivain Heinrich von Kleist en 1807. Mais c’est surtout du côté de la danse et de sa place dans la société, de la figure même de la danseuse aujourd’hui qu’elle a investi ce thème avec ses interprètes. En prolongement de cette réflexion sur les corps et le regard, cette rencontre, au-delà de la pièce, se rapporte au destin de la femme dans l’Histoire. Est-il voué au sacrifice ? Peur, passion, émancipation ou servitude volontaire, ces questions, à travers le commerce des regards, les images et les représentations qui les traduisent, sont au coeur des échanges entre philosophie et danse, autour de la légende des femmes guerrières et de la violence des images.

Catherine Diverrès est chorégraphe. Figure majeure de la danse contemporaine, elle s’est formée à l’école Mudra de Maurice Béjart dans les années 70, puis au sein de la compagnie Dominique Bagouet, avant de suivre au Japon l’enseignement du maître du butô Kazuo Ohno, et de développer alors un langage très personnel.
Anne Dufourmantelle est philosophe et psychanalyste, auteure de La Femme et le sacrifice : d’Antigone à la femme d’à côté (Ed Denoël, 2007).
Irène Filiberti est critique et conseillère artistique, spécialiste de la danse.

Amazones de l'art

Université populaire - Cycle histoires et histoire

10 mar.
Sciences Po.
Entrée libre
Université populaire

Présentation

Université populaire - Cycle histoires et histoire

En créant Penthésilées, pièce accueillie au Volcan cette saison, la chorégraphe Catherine Diverrès a revisité le mythe des Amazones ainsi que le nouveau visage que lui a donné l’écrivain Heinrich von Kleist en 1807. Mais c’est surtout du côté de la danse et de sa place dans la société, de la figure même de la danseuse aujourd’hui qu’elle a investi ce thème avec ses interprètes. En prolongement de cette réflexion sur les corps et le regard, cette rencontre, au-delà de la pièce, se rapporte au destin de la femme dans l’Histoire. Est-il voué au sacrifice ? Peur, passion, émancipation ou servitude volontaire, ces questions, à travers le commerce des regards, les images et les représentations qui les traduisent, sont au coeur des échanges entre philosophie et danse, autour de la légende des femmes guerrières et de la violence des images.

Catherine Diverrès est chorégraphe. Figure majeure de la danse contemporaine, elle s’est formée à l’école Mudra de Maurice Béjart dans les années 70, puis au sein de la compagnie Dominique Bagouet, avant de suivre au Japon l’enseignement du maître du butô Kazuo Ohno, et de développer alors un langage très personnel.
Anne Dufourmantelle est philosophe et psychanalyste, auteure de La Femme et le sacrifice : d’Antigone à la femme d’à côté (Ed Denoël, 2007).
Irène Filiberti est critique et conseillère artistique, spécialiste de la danse.

Date
lun. 10 mars 2014 - 18h30

Pratique

Université – amphi A6 – UFR Lettres et sciences humaines