12 oct
Le Volcan - Grande salle
Hana Blažíková
Hana Blažíková - ©Vojtěch Havlík
François Lazarevitch
François Lazarevitch - ©Jean-Baptiste Millot
Les Musiciens de Saint-Julien
DR

Présentation

Chanter Bach

Les Musiciens de Saint-Julien, ensemble dirigé par François Lazarevitch, se consacre au répertoire baroque sans pour autant se priver, de temps à autre, d’autres plaisirs musicaux. Pour votre plus grand plaisir, Le Volcan a décidé d’accompagner le développement de cet ensemble.

Au menu de ce premier programme de la saison, les Musiciens de Saint-Julien interprètent deux œuvres incontournables de Johann Sebastian Bach. La Cantate 82 « Ich habe genug » (Je suis comblé), composée à Leipzig en 1727 sur un livret anonyme compte parmi les plus belles pages de la musique sacrée du maître. Elle sera suivie de la Suite en si mineur pour flûte et orchestre, vraisemblablement écrite pour le Collegium musicum de Köthen entre 1718 et 1723. François Lazarevitch a souhaité joindre à ce programme la Cantate profane 209 « Non sa che sia dolore » (Il ne sait pas ce qu’est le chagrin), l’une des deux cantates en italien supposées de Johann Sebastian Bach, qui daterait de 1729.



Une vente de disques se fera au Fitz après la représentation.
 

Johann Sebastian Bach

Ich habe genug 

Hana Blazikova / François Lazarevitch / Les Musiciens de Saint-Julien

12 oct
Le Volcan - Grande salle
Durée: 
1h15
Tarif A - 5€ à 33€
durée: 1h15
Musique
Coproduction

Présentation

Chanter Bach

Les Musiciens de Saint-Julien, ensemble dirigé par François Lazarevitch, se consacre au répertoire baroque sans pour autant se priver, de temps à autre, d’autres plaisirs musicaux. Pour votre plus grand plaisir, Le Volcan a décidé d’accompagner le développement de cet ensemble.

Au menu de ce premier programme de la saison, les Musiciens de Saint-Julien interprètent deux œuvres incontournables de Johann Sebastian Bach. La Cantate 82 « Ich habe genug » (Je suis comblé), composée à Leipzig en 1727 sur un livret anonyme compte parmi les plus belles pages de la musique sacrée du maître. Elle sera suivie de la Suite en si mineur pour flûte et orchestre, vraisemblablement écrite pour le Collegium musicum de Köthen entre 1718 et 1723. François Lazarevitch a souhaité joindre à ce programme la Cantate profane 209 « Non sa che sia dolore » (Il ne sait pas ce qu’est le chagrin), l’une des deux cantates en italien supposées de Johann Sebastian Bach, qui daterait de 1729.



Une vente de disques se fera au Fitz après la représentation.
 

Distribution

Hana Blažíková, soprano

LES MUSICIENS DE SAINT-JULIEN
François Lazarevitch, flûte à bec et direction
Augusta McKay, premier violon

Louise Ayrton, Jeffrey Girton, Hélène Houzel, Rozarta Luka, Danican Papasergio, violons
Diane Chmela, Sophie Iwamura, altos
Jérôme Huille, Claire-Lise Démettre, violoncelles
Chloé Lucas, contrebasse
Eric Bellocq, luth
Béatrice Martin, clavecin

Cantate BWV 209 Non sa che sia dolore
pour voix de soprano, flûte, cordes et basse continue
 •Sinfonia
 •Récitatif : Non sa che sia dolore
 •Aria : Parti pur e con dolore
 •Récitatif : Tuo saver al tempo e l’età contrasta
 •Aria : Ricetti gramezza e pavento 

Suite n°2 en si mineur BWV 1067
pour flûte, cordes et basse continue
• [Ouverture] – Rondeau – Sarabande – Bourrée I, Bourrée II – Polonaise, Double – Menuet – Badinerie

Choral BWV 622 Oh Mensch bewein dein Suende gross

Cantate BWV 36 Schwingt freudig euch empor (extrait)
 •Aria : Auch mit gedämpften, Schwachen Stimmen

Cantate BWV 82 Ich habe Genug
pour voix de soprano, flûte, cordes et basse continue
 •Aria : Ich habe genug
 •Récitatif : Ich habe genug
• Aria : Schlummert ein, ihr matten Augen
 •Récitatif : Mein Gott ! Wenn kömmt das schöne : “Nun !”
 •Aria : Ich freue mich auf meinen Tod

Production

Coproduction : Le Volcan, Scène nationale du Havre. 
Les Musiciens de Saint-Julien sont en résidence au Volcan, Scène nationale du Havre et au Festival de Lanvellec et du Trégor.
Les Musiciens de Saint-Julien sont conventionnés par le ministère de la Culture – DRAC de Normandie et la Région Normandie. Ils bénéficient du soutien de la Ville du Havre.