23 nov.
Université
©Virgile_Laguin

Présentation

Université populaire - Cycle Le Corps

Le sport moderne s’est fondé au XVIIIe siècle sur le mythe du progrès, incarné par les compétitions entre les cultures, les peuples et les individus. Il s’est inscrit dans l’avènement de la valeur travail, l’émergence de l’individu, la tension vers un monde meilleur — dont le perfectionnement par le sport est un processus central. Mais ce mythe ne tient plus. L’affaissement du nombre de licenciés sportifs, les transformations des activités sportives (espaces, modalités, temporalités), la transfiguration de l’effort physique, du spectacle du sport ou du club, témoignent d’une crise de sens. On parle toujours de sport, mais au fond de quoi parle-t-on ?
La forte consommation d’imagerie sportive — une à deux heures par jour en moyenne —, la valeur performance, l’ouverture de l’espace public aux usages ludo-corporels sont quelques-unes des pistes qui permettent de penser un « après le sport ».

Olivier Sirost est professeur des universités à l’université de Rouen, où il dirige le laboratoire CETAPS EA 3832. Sociologue, il a dirigé notamment Le corps extrême dans les sociétés occidentales (L’Harmattan, 2005), La vie au grand air. Aventures du corps et évasions vers la nature (PUN, 2009), Cultures corporelles. Héritages et pratiques (PUN, 2015).
 

Après le sport ? La fin d'un mythe

Université populaire - Cycle Le Corps

23 nov.
Université
Université populaire

Présentation

Université populaire - Cycle Le Corps

Le sport moderne s’est fondé au XVIIIe siècle sur le mythe du progrès, incarné par les compétitions entre les cultures, les peuples et les individus. Il s’est inscrit dans l’avènement de la valeur travail, l’émergence de l’individu, la tension vers un monde meilleur — dont le perfectionnement par le sport est un processus central. Mais ce mythe ne tient plus. L’affaissement du nombre de licenciés sportifs, les transformations des activités sportives (espaces, modalités, temporalités), la transfiguration de l’effort physique, du spectacle du sport ou du club, témoignent d’une crise de sens. On parle toujours de sport, mais au fond de quoi parle-t-on ?
La forte consommation d’imagerie sportive — une à deux heures par jour en moyenne —, la valeur performance, l’ouverture de l’espace public aux usages ludo-corporels sont quelques-unes des pistes qui permettent de penser un « après le sport ».

Olivier Sirost est professeur des universités à l’université de Rouen, où il dirige le laboratoire CETAPS EA 3832. Sociologue, il a dirigé notamment Le corps extrême dans les sociétés occidentales (L’Harmattan, 2005), La vie au grand air. Aventures du corps et évasions vers la nature (PUN, 2009), Cultures corporelles. Héritages et pratiques (PUN, 2015).
 

Date
lun. 23 novembre 2015 - 18h30

Pratique

(Université – amphi A6 – UFR Lettres et sciences humaines)
Entrée libre