24 mars
En ligne
Rabudôru, mon amour
Virginie Meigné

Présentation

Se pourrait-il que, demain, des robots remplacent les humains dans nos lits, voire dans nos coeurs ?  La pièce du metteur en scène Olivier Lopez, Rabudôru, poupée d’amour, s’intéresse à l’arrivée des love-dolls dans nos sociétés.  Ces poupées de silicone (rabudôru en japonais) accompagnent de plus en plus la vie de certains hommes au Japon et en Europe. Elles ont leurs maisons closes en Espagne, en Allemagne et il y a eu aussi des tentatives en France.

 
Au-delà du caractère sulfureux et polémique de ces poupées présentées comme une forme d’exutoire,  c’est bien notre rapport aux objets qui est en jeu. Notre capacité à les investir symboliquement, affectivement, est-elle sans limites ? Les humains pourraient-ils, à terme, préférer des ersatz ? Des interrogations qui résonnent particulièrement en ces temps troublés de pandémie…



AGNÈS GIARD est anthropologue rattachée à l’université de Paris Nanterre. Spécialiste du Japon, elle mène des recherches sur l'industrie des simulacres affectifs et les technologies émotionnelles.

OLIVIER LOPEZ est metteur en scène et directeur artistique de la compagnie La Cité Théâtre.

 

Rejoindre l'événement Facebook

 

 

En ligne : Ces objets trop humains

avec Agnès Giard, Olivier Lopez

24 mars
En ligne
Entrée libre dans la limite des places disponibles
durée: 1h30
Conférence

Présentation

Se pourrait-il que, demain, des robots remplacent les humains dans nos lits, voire dans nos coeurs ?  La pièce du metteur en scène Olivier Lopez, Rabudôru, poupée d’amour, s’intéresse à l’arrivée des love-dolls dans nos sociétés.  Ces poupées de silicone (rabudôru en japonais) accompagnent de plus en plus la vie de certains hommes au Japon et en Europe. Elles ont leurs maisons closes en Espagne, en Allemagne et il y a eu aussi des tentatives en France.

 
Au-delà du caractère sulfureux et polémique de ces poupées présentées comme une forme d’exutoire,  c’est bien notre rapport aux objets qui est en jeu. Notre capacité à les investir symboliquement, affectivement, est-elle sans limites ? Les humains pourraient-ils, à terme, préférer des ersatz ? Des interrogations qui résonnent particulièrement en ces temps troublés de pandémie…



AGNÈS GIARD est anthropologue rattachée à l’université de Paris Nanterre. Spécialiste du Japon, elle mène des recherches sur l'industrie des simulacres affectifs et les technologies émotionnelles.

OLIVIER LOPEZ est metteur en scène et directeur artistique de la compagnie La Cité Théâtre.

 

Rejoindre l'événement Facebook

 

 

Date
mer 24 mar - 18h00